logiciel de telesurveillance moovcare
Le logiciel de télésurveillance Moovcare sera le premier a être remboursé en France d’ici fin 2019. crédits@Sivan Innovation

Chères lectrices, chers lecteurs,

Pour la première fois en France, un logiciel de télésurveillance sera remboursé. Se nommant Moovcare, il a été imaginé et développé par la société Sivan Innovation. Une évènement rendu possible par le soutien de la Haute Autorité de Santé (HAS), en vue de sa prise en charge par l’assurance maladie.

Moovcare, le logiciel de télésurveillance remboursé au même titre qu’un médicament

Avant de valider son remboursement par l’assurance maladie, la HAS a affirmé que les études cliniques réalisées avec cet Moovcare ont démontré une réelle efficacité auprès des utilisateurs souffrant d’un cancer du poumon.

En moyenne, ces derniers vivraient en moyenne 7,6 mois de plus que les patients disposant d’un suivi médical classique. L’intérêt est donc double, puisque celui-ci est à la fois thérapeutique, mais aussi de santé publique.

Un questionnaire de suivi hebdomadaire

Chaque lundi, le patient répond à une série de questions concernant sa condition physique: « Un algorithme permet ainsi de mesurer l’évolution des symptômes. Si une anomalie est détectée, une alerte est envoyée au médecin référent, qui peut alors adapter le suivi » déclare le Dr Fabrice Denis, à l’origine de la solution.

Une alternative intéressante au suivi classique des patients qui attendent leur prochain scanner pour qu’une éventuelle rechute soit détectée. Sur ce sujet, le Dr Denis affirme: « L’application va quelque part chercher le patient chez lui, ce qui permet de gagner plusieurs semaines de soin importantes dans le traitement » .

Une solution testée dans 10 établissements Français

Le logiciel de télésurveillance est actuellement déployé dans une dizaine d’établissements Français. Il a notamment convaincu l’équipe de l’Institut Curie à Paris.

Et, du coté des patients, ce dernier semble aussi remporter des avis favorables, à l’image de Dominique Royer, patient utilisateur, qui déclare « être plus tranquille et plus reposé » depuis qu’il l’a adopté. Je ne suis pas très branché informatique, mais c’est très simple et cela ne demande pas plus de cinq minutes par semaine » ajoute-t-il.

La société à l’origine du concept, Sivan Innovation, mise sur une commercialisation fin 2019. Elle n’a pas cependant pas annoncé de tarifs, mais devrait dépendre du niveau de remboursement arrêté par l’Assurance Maladie.

Moovcare affiche l’ambition de toucher 50% de la population atteinte du cancer du poumon, et pourrait aussi constituer une alternative à la problématique des déserts médicaux.

Yvan Dupuy