[Vidéo]: La start-up Montpelliéraine Wefight présente son chatbot pour les maladies chroniques et le cancer du sein

vik-de-wefight

Chères lectrices, chers lecteurs,

Proposer un chatbot efficace quant aux maladies chroniques et au cancer du sein est le nouveau défi de la jeune pousse Montpelliéraine Wefight. Fin 2018, Wefight proposera des solutions sur la dépression et l’asthme.

Guider les patients et les sortir de l’isolement

Benoît Brouard, CEO de la start-up e-santé Wefight déclare au sujet son chatbot:

« Vik est un agent conversationnel qui répond aux questions des patients atteints de maladies chroniques ou de leurs proches.l ne dénature pas la relation avec le médecin, il remplit au contraire un vide en permettant aux malades de poser des questions, à toute heure, sur un large panel de sujets : le traitement et ses effets secondaires, des questions administratives, d’alimentation, de sexualité… De plus en plus, les traitements ont lieu à domicile, où les patients sont seuls face à leur maladie et perdus dans la masse d’infos des forums santé et sites web.« 

Monsieur Brouard est un ancien salarié de Withings, le spécialiste de la santé connectée. Il a par la suite co-fondé Wefight avec Pierre Nectoux à Paris en février 2017, avant de rejoindre Montpellier, où il a fait ses études, en janvier 2018.

 

La première version sur le cancer a été lancée en octobre 2017, et Vik-sein dépasse aujourd’hui le nombre de 4000 utilisateurs. Autant dire qu’il s’agit d’un réel succès.

« Nous avons conçu un carnet de suivi qui peut noter l’observance des traitements, enregistrer les effets secondaires, les exporter en pdf, afin de partager les informations avec le médecin traitant« , ajoute Benoît Brouard.

La jeune pousse cherche à intégrer des médecins dans la boucle, avec un travail conjoint avec les hopitaux. Après le cancer du sein, elle lancera un octobre rose destiné à lutter contre la dépression et l’asthme à la fin 2018. Des projets de reconnaissance vocale sont aussi en cours.

Un modèle économique à définir

Pour les utilisateurs, la bonne nouvelle est que VIk est gratuit et le restera. C’est plutôt sur le monde des spécialistes que la start-up veut fonder son modèle de rentabilité, en convainquant les hôpitaux d’assurer un suivi du patient dans le cadre de la télémedecine. Elle souhaite aussi convaincre les mutuelles et assurances de proposer un service plus pour améliorer le service aux clients.

La société pourrait également s’intéresser aux  utilisateurs de VIK pour des études cliniques de pahse IV:

« 90% des études sont retardées pour des problèmes de recrutement, note Benoît Brouard. Nous avons demandé à nos utilisateurs quels services ils souhaiteraient que Vik intègre. Ils ont répondu en numéro 1 l’accès aux études cliniques. »

Employant aujourd’hui 4 personnes, la start-up recrutera certainement dans les temps à venir.

Yvan Dupuy

[Vidéo]: La start-up Montpelliéraine Wefight présente son chatbot pour les maladies chroniques et le cancer du sein
Noter cet article

Auteur: Yvan Dupuy

Fondateur de Neoproduits, Webmarketeur & Infopreneur, Yvan est également passionné de référencement. Il décortique pour vous l'actu du e-commerce et des nouveaux concepts lancés sur internet.

Partager Cet Article