Synapse Medicine
© Synapse Medicine

La start-up Bordelaise Synapse Medicine annonce une levée de fonds majeure (7 millions d’euros) pour accélérer le déploiement de sa plateforme d’interactions médicamenteuses. Principalement destinée aux médecins et aux pharmaciens, elle utilise un algorithme spécifique.

Plusieurs fonds spécialisés dans la santé impliqués

Pour ce tour de table, plusieurs fonds ont été impliqués, à savoir la Mutuelle d’assurance du corps de santé français (MACSF), XAnge, BNP Paribas Développement, BpiFrance, la région Nouvelle-Aquitaine et le co-fondateur d’Algolia Nicolas Dessaigne.

Notons que Synapse avait déjà effectué une première levée de fonds de 2,5 millions d’euros en 2019. Avec 30 collaborateurs à l’heure actuelle, cette nouvelle manne financière sera utilisée pour favoriser le développement à l’international de sa solution.

Le fer de lance de la solution est la lutte contre les mauvaises interactions médicamenteuses, qui entrainent chaque année près de 30 000 décès, et près de 150 000 hospitalisations. Synapse définit sa mission principale comme “de mission de permettre à tous d’accéder à une information médicamenteuse fiable et actualisée“.

Pour faire face à cette problématique, la jeune pousse à développé une plateforme Saas à même de détecter les principes actifs incompatibles entre eux, ou les contre-indication possibles. Pur y parvenir, l’algorithme passe en revue “tous les documents médicaux de référence comme les notices d’utilisation” explique le co-fondateur.

Trois formes d’utilisations possibles

La solution est accessible à la vois via un site web classique, mais aussi via une application mobile. La première est une sorte de moteur de recherche médical, capable de détecter les interactions médicamenteuses. Une offre disponible via un abonnement mensuel. La seconde est une version grand public, qui se définit comme une sorte de “Yuka du médicament“. Enfin, la troisième se traduit par une intégration au sein d’une quizaine de services de télémédecine, dont MédecinDirect, Hellocare et MesDocteurs.

© Synapse Medicine

L’outil mentionne toujours la source de donnée médicamenteuse concernant ses informations. Clément Goehrs explique: “Il n’y a pas d’effet boîte noire. L’utilisateur peut aller mieux lui-même lire le texte de référence“. et, Dans le cas où un médicament est controversé, “la plateforme va simplement montrer que des sources sont en contradiction mais ne décidera pas à la place du professionnel“.

Un vrai succès pour l’entreprise, puisque celle-ci compte déjà 10 000 utilisateurs du coté des professionnels de santé. La version grand public connait elle aussi un certain succès, avec quelques dizaines de milliers de patients utilisateurs.

En toute logique, l’objectif est maintenant l’internationalisation, avec comme projet l’ouverture d’un bureau aux Etats-Unis, et un autre au Japon.

Yvan Dupuy