La startup ILokyou lève 465 000 euros

0

ilokeyouChères lectrices, chers lecteurs,

Exerçant sur le créneau de la mise à disposition de locations entre particuliers, ILokeyou a l’intention de lever 465 000 euros. La particularité de son concept est de mettre en avant la demande locative, et non l’offre (push).

Une incubation dans la West Web Valley

Cette start-up Bretonne a donc passé près de 8 mois dans la West Web Valley, pour que son concept soit « couvé ». 1 an à peine après sa création, la start-up annonce fièrement sa levée de fonds. Son PDG, Edouard Dumortier annonce à ce sujet: « Nous allons pouvoir entrer dans une phase de communication, qui doit nous permettre de nous implanter au cœur de nos régions, pour faire d’ILokYou un vecteur incontournable de lien social ».

La crise aidant, le concept de location courte durée de bien ou de services semble déjà plaire à de nombreux particuliers. Comme mentionnée précédemment, ce sont les demandeurs qui postent leur besoin, pour se voir proposer différentes offres (enchères inversées).

En terme de rémunération Ilokyou prélève 15% sur le montant de la transaction ayant lieu entre le loueur, et le locataire. Les trois fondateurs de la société Edouard Dumortier, Charles Cabillic et Ronan Le Moal seront bientôt rejoint par Catherine Barba, au niveau de leur conseil d’administration.

Edouard Dumortier ajoute concernant cette transaction: « Si lever des fonds en France pour une start-up reste un parcours du combattant, nous venons de prouver que c’est possible et qu’il y a des investisseurs français prêts à soutenir des projets entrepreneuriaux »

Avis donc, aux investisseurs en herbe.

Yvan Dupuy

Rumeurs: Facebook pourrait se lancer dans les services bancaires

0

facebook phoneChères lectrices, chers lecteurs,

Décidément, Facebook n’est jamais à cours d’idées concernant le développement de ses projets, surtout sur des marchés porteurs. Selon le célèbre journal spécialisé « The Financial Times », Le plus grand réseau social aurait obtenu certaines autorisations lui permettant de vendre des services financiers.

 

 

Seulement de la monnaie virtuelle ?

Si Facebook souhaite permettre à ses utilisateurs de stocker de la monnaie virtuelle sur ses serveurs, ces derniers pourraient également faire des transferts vers leur compte en banque, et même effectuer des paiements. La e-monnaie serait donc transférable sur tout le territoire européen.

De son coté, le patron, Mark Zuckerberg, est en train de conclure de nombreux partenariats avec certaines entreprises , qui seraient déjà intéressées par le lancement de ce service. La couverture mobile qu’offre Facebook étant très importante, la monétisation et le paiement via ce réseau pourrait permettre à de nombreuses entreprises de développer leur chiffre d’affaires de manière conséquente.

Même si Facebook dément ses rumeurs, certains bruits courent sur la débauche du fondateur d’Azimo, jeune pousse londonienne spécialisée dans les transferts d’argent.

Eden Zoller, analyste chez Ovum affirme sur la stratégie de Facebook: « les transferts d’argent et les paiements mobiles sont les options les plus demandées par les populations des pays émergents, précisément là où le réseau social veut devenir la plate-forme mobile à travers laquelle les internautes de ces pays accèdent au web ».

Seul ombre au tableau (et de taille) soulevée par l’analyste, Seulement 1% des utlisateurs seraient près à faire confiance aux réseaux sociaux pour ce qui touche au paiement en ligne. De plus, les spécialistes du e-commerce chinois comme Alibaba ou Tencent veulent créer leur propre plateforme de paiement en ligne.

Le facteur confiance soulevé par Eden Zoller semble à mon sens être un point fondamental dans la rentabilisation du projet de facebook…

Yvan Dupuy

Réseaux Sociaux: Un profil à la sauce Facebook pour Twitter

0

look twitter

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

En vue de mettre à jour son look et maintenir un niveau d’intérêt élevé chez ses utilisateurs, Twitter renouvelle son look. Selon les critiques spécialistes de l’internet, ce dernier serait fortement inspiré de son éternel concurrent Facebook.

 

Michelle Obama la première

En « premium guest » de l’évènement, c’est le compte Twitter de Michelle Obama qui a reçu ce look flambant neuf. Parmi les mises à jour esthétiques, on notera un bandeau d’entête plus large. La position et la taille de la photo de profil ont été aussi améliorées. les messages sont quant eux plus visibles, car plus larges et plus lisibles.

Au programme des nouveautés également, la possibilité est donnée aux utilisateurs de pouvoir épingler les tweets qu’ils souhaitent en tête de profil. Cependant, la couverture à l’ensemble des utilisateurs (déploiement) prendra probablement plusieurs semaines effectives.

Sur la phase test du nouveau design, Dick Costollo avait admis que le réseau était trop « opaque », et qu’il était important de séduire et fidéliser les utilisateurs.

Sursaut d’orgueil ou réelle réaction de la part de Twitter, quand on sait que les résultats du titre en bourse ont été plus que décevant pour les investisseurs…En effet, malgré un chiffre d’affaires en hausse, le ralentissement de la croissance du nombre d’utilisateurs est devenu inquiétant.

twitter monthly growth

Est-ce réellement en suivant et copiant Facebook que Twitter va réussir ? rien ne semble pouvoir pour l’instant l’affirmer, et la concurrence sur les services offerts par les autres réseaux sociaux ne cesse de s’accroître.

Yvan Dupuy

International: Avis vérifiés lève 2 millions pour se déployer aux USA

0

avis vérfiésChère lectrices, chers lecteurs,

Trip advisor ou Ciao.fr font parti de ce que l’on appel les site de recommandations. Sur un marché encore jeune, avis vérifiés a été lancé en 2012. Après une croissance importante, cette dernière souhaite lever la somme de 2 millions d’euros afin de se développer sur le marché américain.

Un concept a part en tiers

Parmi les sites de recommandations, Avis Vérifiés a sa propre marque de fabrique. D’origine Marseillaise, la particularité d’avis vérifiés est qu’elle permet aux webmasters d’afficher sur leur site web la note qui leur a été attribuée par les internautes. Dès lors qu’un utilisateur a effectué un achat via les sites qui y sont inscrits, ces derniers sont invités par mail à évaluer la marque ou le site en question.

Les trois fondateurs de la société se nomment Tom Brami, Laurent Abisset et Olivier Mouillet. En terme de soutient financier la société avait été initialement incubée par l’accélérateur Netangels (comme son nom l’indique, elle aide les business angels à se développer).

Suite à la levée de fonds qu’elle va effectuer, des bureaux à Miami vont bientôt être mis en place. Outre les Etats-Unis, de nombreuses parts de marchés ont déjà été acquises sur des marchés comme l’Allemagne, le Brésil, le Portugal ou bien encore l’Espagne. Parmi les clients acquis (près de 800), on compte des grands comptes comme Interflora, ou Jules.

Le co-fondateur explicite un peu plus les notions clés de son concept: « Notre solution permet aux e-commerçants d’améliorer leur taux de transformation jusqu’à 20% et de ne jamais enregistrer de taux de clic inférieurs à 10% ». « Au-delà des chiffres, les avis en lignes ont un impact global sur la réputation en ligne des marchands et notamment sur les requêtes génériques effectuées dans les moteurs de recherche, comme les marques »

Pour aller plus loin dans sa crédibilité à laquelle elle accorde une grande importance, Avis-Vérifiés à récemment obtenu l’agrémentation de l’Afnor (norme encadrant les avis en ligne).

Pourrais-t-on voir dans Avis Vérifiés un futur site incontournable pour éviter les arnaques en ligne ?

Yvan Dupuy

 

E-Job: Les business angels ont crée près de 3000 emplois en 2013

1

photo-business-angelChères lectrices, chers lecteurs,

A l’heure où les créations d’emplois sont compliquées pour l’industrie française, certaines « business angels » auraient contribué à la création de près de 3000 emplois au courant de l’année 2013.

41 millions d’euros injectés

Au total, ce sont près de 41 millions d’euros qui ont été injectés, dans près de 370 sociétés.  Le réseau France Angels précise à sujet: « Il est important de noter que grâce à leur action, les business angels ont permis, cette année encore, aux entreprises qu’ils financent et accompagnent de bénéficier d’un montant global de financement de l’ordre de 120 millions d’euros, soit un effet de levier proche de trois ».

Un réseau qui prend de l’ampleur, puisqu’il comporte déjà près de 4292 membres actifs. Très souvent , ces fonds sont utilisés par les start-ups pour créer leurs premières embauches.

La moyenne des fonds investis (par entreprise) est quant à elle en hausse avec un chiffre de 132 000 euros contre 114 000 pour l’année précédente. Notons aussi que, parmi ces 41 millions d’euros, 40% d’entre eux ont été utilisés à des fins de refinancement.

Au niveau géographique, l’activité des business angels est plus élevée en île de France( 46%), puis en Rhône-Alpes (17%). pour ce qui concerne les secteurs d’activités bénéficiant de ce type de soutien, les services numériques arrivent en tête, suivi des logiciels, des mobiles et de l’internet.

Yvan Dupuy

 

Haut de page