coaching la ruche
Une séance de formation et coaching de « La Ruche », organisme qui va gérer l’incubateur de Montreuil

Chères lectrices, chers lecteurs,

Voilà bien un incubateur unique en son genre que la ville de Montreuil vient de lancer ce mercredi 19 juin. Ce dernier est en effet destiné à soutenir les réfugiés dans leur processus de création d’entreprises.

Une première promotion de 15 réfugiés

Dès la rentrée 2019, cet incubateur de 122 mètre carrés accueillera une première promotion de 15 réfugiés. Ces derniers bénéficieront d’un accompagnement personnalisé de 9 mois vers l’entreprenariat.

Ces derniers pourront bénéficier de salles de travail et de réunion, avec également du matériel informatique. Des moyens qui devraient leur permettre de créer leur propre réseau professionnel, afin d’être guidés et conseillés.

Montreuil accueille un grand nombre de réfugiés, ce qui explique en l’occurrence l’engagement de la municipalité pour aider ces personnes en difficulté. La ville peut s’appuyer en outre sur l’expertise de la municipalité, et le volontarisme des acteurs locaux pour épauler ce projet d’envergure.

Un accompagnement comprenant 6 étapes

Il est à noter que plusieurs grands groupes participent à cette opération comme par exemple Generali ou BNP Paribas. Cet accompagnement personnalisé et adapté à chaque profil sera scindé en plusieurs étapes.

Tout d’abord, une réunion sera organisée pour sélectionner et orienter les projets de la rentrée prochaine. Par la suite, les candidats sélectionnés seront intégrés à la vie locale de la commune, en rencontrant des entrepreneurs locaux et en étant mis en relation avec des mentors et parrains, forts de leur expertise.

Une fois le projet lancé, les bénévoles de l’association La Ruche mettront en place des prestations de suivi et de formation, via des ateliers de travail, phase qui précède la phase financière des projets sélectionnés.

Enfin, dès la fin des 9 mois de formation, un nouveau groupe de 15 nouveaux entrepreneurs prendra la relais, pour une nouvelle période de 6 mois. La ville de Montreuil se laisse un an pour renouveler l’expérience, ou non.

Yvan Dupuy