Zuckerbrg pivacy
Mark Zuckerberg lors d’une conférence pour les développeurs

Si Facebook a affiché un chiffre d’affaires plus qu’honorable pour le deuxième trimestre 2019, son bénéfice net n’est pas reluisant. Ce dernier a en effet été plombé par l’amende record infligée par les autorités américaines.

Des chiffres conformes aux attentes du marché

Avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 16,7 milliards de dollars, le groupe Facebook présente des chiffres supérieurs aux attentes des analystes. Toute application confondue (Facebook, instagram, Whatsapp, et Messenger), ce sont près de 1,6 milliard d’utilisateurs qui contribuent à ce chiffre.

« Notre deuxième trimestre a été bien mené, avec des optimisations (…) notamment sur l’app Facebook, qui nous ont aidé à combattre la tendance générale du ralentissement»

David Wehner, directeur financier du groupe

Toutefois, pour 2020, les prévisions ne sont pas très encourageantes. Un ralentissement est en effet prévu au niveau des dépenses publicitaires, de la part des annonceurs. La pression constante des régulateurs et des autorités pour le respect de la vie privée coute, en outre, de plus en plus cher à Facebook.

Des produits et services pensés en terme de confidentialité

Désormais, si il veut rester dans les clous et éviter des amendes records, Facebook doit construire tous ses produits et services autour du respect de la confidentialité.

Une contrainte qui semble de plus en plus couteuse au groupe de Mark Zuckerberg. Facebook présente ainsi un bénéfice net en baisse de 50% au deuxième trimestre, à 2,6 milliards de dollars. L’amendre pour le scandale de Cambridge Analytica, pour lequel Zuckerberg avait présenté ses excuses devant le sénat a pesé lourd dans la balance.

Pour laisser une chance au réseau social, les autorités américaines lui ont donc proposé de planifier un programme rigoureux du respect de la vie privée, et de la confidentialité pour ses utilisateurs. Tout ceci à un cout pour Facebook, obligé de prévoir un programme d’investissements dédiés au sujet.

Dès lors, on pourrait voir, dans les temps à venir , de nombreuses acquisitions pour Facebook, liées au domaine de la confidentialité.

Yvan Dupuy