Les 5 co-fondateurs : Vanessa Koh, Lim Ming Wang, Douglas Gan / Photo credit: Fincy

Douglas Gan, Vanessa Koh et Lim Ming Wang ont décidé de lancer Fincy, une start-up de la Fintech qui vient de lancer une application monétaire qui permet des échanges de devises «transparents et abordables». Leur idée est née du constat des frais de transactions exorbitant, ainsi que des taux de change défavorables.

Une levée de fonds auprès de GBCI Ventures

Afin de poursuivre ses projets, elle vient de lever 11 millions de dollars auprès de GBCI Ventures, qui est sa maison mère. L’application qu’elle a crée permet également aux utilisateurs d’effectuer leurs propres paiements mobiles sans contact.

Gan, le porte-parole de GBCI, confirme de son coté le bien-fondé de son application: “Fincy peut fournir une alternative abordable et sans contact aux services financiers existants, en particulier dans un monde post-Covid”.

Fincy déclare que cette approche de paiement sans contact basée sur la blockchain est déjà présente au Myanmar et au Cambodge, où elle sert plus de 700 commerçants et plus de 40 entreprises pour la paie. Et, outre les achats qu’ils peuvent effectuer en mode m-commerce, ils peuvent également recevoir un salaire et gérer leur argent sans interaction physique.

Renforcer sa présence en Asie du Sud-Est

Avec cette nouvelle manne financière, Fincy compte renforcer sa présence à Singapour, mais aussi accélérer sa croissance à travers l’Asie du Sud-Est. Elle établira également un bureau dans le quartier central des affaires de la ville-État et étendra son réseau de centres de données en Asie, où elle compte environ 500 employés.

1 millions de dollars seront utilisés pour renforcer les effectifs de l’entreprise,et ce ne sont pas moins de 50 nouvelles embauches qui sont prévues pour accompagner le développement de l’entreprise. Et, En plus du dernier investissement de GBCI, Fincy a annoncé qu’elle finaliserait un cycle de financement externe dans les semaines à venir.

Toutefois, Fincy n’est pas la seule dans son domaine. Elle se heure à des concurrents comme Wechat et Nium (qui vient d’ailleurs d’effectuer une levée de fonds auprès de BRI Ventures). De son coté, Le conglomérat indien Reliance Industries travaillerait avec Facebook pour créer une plate-forme de type WeChat qui combine entre autres les réseaux sociaux, les paiements numériques, les jeux et les réservations de vols et d’hôtels.

Yvan Dupuy

Source