La start-up leciseau.fr lève 3,2 millions d’euros pour booster sa clientèle

team leciseau
L’équipe leciseau.fr au complet

Chères lectrices, chers lecteurs,

La start-up leciseau.fr permet de prendre rendez-vous en ligne dans un salon de coiffure lors des heures creuses, et à la dernière minute. De quoi répondre notamment aux mamans surbookées entre leur travail et leur nounou, mais qui souhaitent rester femmes. Afin de répondre à une demande croissante et développer son activité commerciale, cette dernière annonce une levée de fonds de l’ordre de 3,2 millions d’euros.

Le deuxième tour de table en deux ans

En 2017 déjà, la jeune pousse avait effectuée une première levée de fonds de l’ordre d’un million d’euros. Une opération qui intervient 1 an tout juste après sa création en 2016 par Naël Hamameh et Jean de La Porte, les deux co-fondateurs.

Initialement, elle avait pour objectif de permettre aux salons de coiffure de rentrer dans l’ère du digital, et de pouvoir ainsi augmenter, grâce à internet, leur nombre de clients, rendus possible par une présence en ligne, et un calendrier de rendez-vous.

Elle a ainsi développé une plateforme à base de « Yield Management ». Une méthode issue du café/hôtellerie/restauration qui permet à un moment T de proposer le meilleur compromis en fonction de l’offre et de la demande pour maximiser le chiffre d’affaires.

Des offres à moitié prix pour l’internaute

Afin de remplir les créneaux vides des salons de coiffures inscrits, leciseau propose aux internautes des offres à moitié prix. Une opération donc gagnante-gagnante pour l’internaute qui paye moins cher, et pour le salon de coiffure qui comble des vides dans son agenda.

En moyenne, une femme effectue 4,4 visites par an dans un salon, contre 6 environ il y a dix ans. A l’inverse, la fréquentation des hommes à quant à elle grimpé en flèche (plus de 30% depuis 2016).

La solution répond à la problématique de l’emploi du temps, qui fait que les salons sont pleins le week-end et les soirs de semaines, mais vides durant les journées, où les gens sont au travail, et ne peuvent donc se rendre disponibles.

Depuis sa création, la plateforme affirme qu’elle a généré près de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires additionnel.

En terme de monétisation, elle prélève une commission de 20% sur le chiffre d’affaires généré via sa plateforme.

Yvan Dupuy

Noter cet article

Auteur: Yvan Dupuy

Fondateur de Neoproduits, Webmarketeur & Infopreneur, Yvan est également passionné de référencement. Il décortique pour vous l'actu du e-commerce et des nouveaux concepts lancés sur internet.

Partager Cet Article