Une publicité pour un vélo électrique accusée de “créer un climat d’anxiété”, voilà bien un fait original. Il s’agit d’un publicité de la société Hollandaise VanMoof qui est intitulée: «Time to Ride the Future». Si elle a été diffusée sans controverse en Allemagne et aux Pays-Bas, elle n’est pas passée en France.

Un bannissement par l’ARPP

Suite à la demande de diffusion de cette publicité en France, l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) a interdit purement et simplement la publicité concernée, estimant qu’elle générait un “climat d’anxiété”.

Il se trouve que le code publicitaire Français interdit l’exploitation des leviers de la peut et de la souffrance dans les publicités. Voilà la position de l’organisme concernant celle-ci:

“Nous ne pouvons pas nous permettre de dénigrer des secteurs d’activité.

Certaines images présentes dans les reflets de la voiture apparaissent, à notre avis, disproportionnées et discréditent l’ensemble du secteur automobile.

Des images d’usines, de cheminées et de collisions créent un climat angoissant. Ils devront donc être modifiés.”

Le fondateur de VanMoof, Taco Carlier, a répondu à l’interdiction par la France de la publicité sur les vélos électriques de son entreprise:

Il est étonnant que les constructeurs automobiles soient autorisés à couvrir leurs problèmes environnementaux tout en censurant ceux qui remettent en question ce problème.

La publicité télévisée avait été diffusée deux semaines plus tôt aux Pays-Bas et en Allemagne. Là, le spot a été bien accueilli par le public. Dans la publicité, les voitures reflètent la course des rats du passé, invitant les téléspectateurs à repenser leurs modes de transport dans la ville pour un avenir plus propre et plus vert.

Remettre en question le statu quo mènera toujours à une confrontation, mais nous voulions y parvenir depuis le début.

Yvan Dupuy

Source