livraison collaborative
Crédit: Pixabay

Afin d’agir plus efficacement face à l’explosion des demandes de livraison à domicile avec le Coronavirus, Carrefour a décidé de s’allier avec la start-up Shopopop. Toutes s’apprêtent à lancer un nouveau mode de livraison collaboratif. Ce dispositif sera dans un premier temps testé dans une dizaine de magasins de Seine-Et-Marne.

Répondre avant tout à la forte demande en e-commerce

Ce nouveau dispositif concernera donc au préalable une dizaine d’hypermarchés de villes situées en Seine et Marne, à savoir: Villiers-en-Bière, Collégien, Claye-Souilly, Pontault-Combault, Champs-sur-Marne, Carré-Sénart et Chelles, ainsi que des Carrefour Market d’Avon, de Nanteuil-Les Meaux et Coupvray.

De son coté, la start-up Shopopop, fondée en 2016 est une start-up Nantaise qui a mis au point une interface qui connecte les acheteurs à une communauté de particuliers livreurs, qu’elle appelle “Shoppers”. Ce dispositif de e-commerce est rendu possible simplement grâce à une application mobile, ou les clients souhaitant se faire livrer leurs courses et colis à domicile se connectent avec des livreurs souhaitant compléter leurs revenus. Pour le client, il suffit simplement d’indiquer cette option de livraison.

Pour le vendeur, cette solution présente plusieurs avantages, à savoir d’assurer une livraison expresse à moindre coût, sans avoir à recourir à des spécialistes de la logistiques. Cette technique permet également de ne pas recruter des livreurs ne tournant pas en permanence, ni d’avoir de flotte de véhicules à entretenir. l faut savoir que, pour la start-up, ce genre de partenariat n’est pas nouveau, puisqu’elle travaille déjà avec Leclerc, Intermarché et Système U.

Une présence dans 700 magasins en France

Shopopop est présente à cette date dans 700 magasins. Elle est très implantée notamment dans le secteur de la mode, avec par exemple des enseignes comme Bocage. Elle est également très sollicitée dans le domaine alimentaire, et est implantée dans 85 départements sur 101.

Elle a récemment effectué une levée de fonds de 4 millions d’euros pour faire face face à la demande, qui est, selon elle, “6 à 7 fois supérieure à la normale”.

Yvan Dupuy