comment faire rentrer sa start-up dans un incubateur

Le lancement de votre startup est un travail de longue haleine. Le projet nécessite un accompagnement poussé, des conseils stratégiques et une aide financière. Ces opérations relèvent des missions de l’incubateur. À travers ces paragraphes, vous découvrirez l’importance de ce genre de structure et les secrets pour y adhérer.

Choisir le bon incubateur

Nombreuses sont les pépinières d’entreprise éparpillées sur le territoire. Chaque structure propose une diversité d’accompagnement. Pour faire le bon choix, pensez à l’échéance de votre projet, car l’aide d’un incubateur est limitée de quelques mois à quelques années. Étudiez ensuite vos besoins en autonomie et en logistique. Après mûre réflexion, fixez votre choix entre :

  • My startup in Paris ;
  • Paris région entreprise ;
  • Mon-incubateur.com ;
  • La Frenc Tech ;
  • Le réseau Retis.

Ces différents incubateurs présentent des formules spécifiques. Si certaines soutiennent les candidats à 100 %, d’autres se contentent de fournir quelques conseils et formations. Certaines préfèrent les projets naissants, tandis que d’autres affectionnent les projets en stade de développement.

Choisir le moment opportun pour demander une adhésion

Après le choix vient l’adhésion. La création de votre startup est le moment propice à l’intégration au sein du réseau. À ce stade, vous devez avoir les idées structurées, fondées et cohérentes. Après avoir consolidé votre projet, envoyez votre demande le plus tôt possible.

L’incubateur exigera une grande disponibilité de votre part. Il vous assistera tout au long de vos démarches. La structure se concentrera essentiellement au développement technologique de votre future startup.

À noter que son rôle n’est pas d’améliorer votre projet d’entrepreneuriat. Aussi, il est en droit de refuser votre demande d’incubation s’il juge que le projet ne mérite pas son attention.

Avoir une équipe cohérente avec les valeurs de la startup

coworking start-up

En règle générale, les incubateurs sont favorables aux acteurs qui agissent seuls, plutôt qu’au groupe d’entrepreneurs. Néanmoins, les associés ont toujours leur chance, à condition de répondre à quelques exigences.

La cohérence de l’équipe est capitale pour la sélection. Les profils de vos collaborateurs doivent être en parfaite synergie avec les valeurs de votre startup. Leurs qualifications doivent correspondre aux activités de votre entreprise. La couveuse observe également la complémentarité de compétences. Ce point est primordial pour favoriser une meilleure répartition des charges de travail.

Étudier les critères d’admission

Pour converger vos ambitions avec celles de votre futur incubateur, attachez une importance primordiale aux critères d’admission. Il faut rappeler que le comité de sélection se compose de serial entrepreneur, de banquiers et de business angels. Ils portent une attention particulière à la conformité entre votre candidature et leurs exigences.

En général, les critères concernent :

  • le secteur d’activité ;
  • la nature du projet ;
  • l’existence d’une structure de soutien externe (comme un laboratoire de recherche) ;
  • le parcours du porteur de projet ;
  • l’existence d’un business plan.

Les procédures de recrutement se divisent en deux grandes étapes. La première consiste en la réception du dossier de candidature. S’ensuivent les processus de filtrage. Il va de soit qu’il vous faut également observer le business model de la structure que vous souhaitez intégrer car les prix des incubateurs peuvent être très différents : certains prendront des parts, d’autres sont 100% gratuits et financés par l’état alors que d’autre privés peuvent exiger un loyer mensuel ou un prix fixe à l’admission.

Monter un business plan en béton

Pour intégrer une pépinière d’entreprise, vous devez établir un dossier percutant qui comporte un business plan. Celui-ci fait état d’une étude de marché, des spécificités, des forces et des faiblesses de votre startup. Il lève le voile sur votre stratégie commerciale et votre business model. Le document met l’accent sur la viabilité de votre projet. Il souligne son potentiel économique.

Son objectif est de parvenir à convaincre les recruteurs. Il peut même persuader les investisseurs d’effectuer une levée de fonds au profit de votre projet. Le dossier met en exergue votre fibre entrepreneuriale.

Rester ouvert aux critiques constructives du comité de sélection

Avant de valider votre entrée, vous devez vous soumettre aux critiques. Éventuellement, le comité de sélection peut vous imposer quelques rectifications s’il cerne le potentiel du projet. Dans ce cas, vous devez accepter les retours et modifier les lignes de votre dossier. Après les corrections, votre projet en bonne et due forme sera nettement plus présentable.

Il faut souligner que les entrepreneurs qui se montrent hostiles faces aux critiques voient leur chance d’adhésion s’évanouir. Les incubateurs estiment que ce genre de profil est difficile à accompagner, et encore moins à former. C’est pourquoi ils privilégient les candidats ouverts d’esprit.

Yvan Dupuy