Biotech Moderna
© Moderna Therapeutics

Le 16 mars dernier, les instituts Américains de Santé (NIH) ont annoncé les débuts d’essais cliniques pour un vaccin contre le CoVid-19. Ainsi,45 premiers participants recevront deux doses du vaccin par injection intramusculaire, à 28 jours d’intervalles. C’est la start-up Moderna Therapeutics, fondée en 2011, qui est à l’origine de ce sérum.

Une fabrication en 42 jours seulement

Alors, qu’habituellement, la fabrication d’un vaccin demande environ 1 an, elle a réussi à produire ce sérum en seulement 42 jours. Pour pouvoir y parvenir, les scientifiques de la société ont simplement exploité les données qu’ils avaient issus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) , et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

Cette annonce a fait immédiatement bondir sa action hier en bourse de New York , son cours étant en hausse de 12,3% à 20,9 dollars. Une hausse bien sûr remarquée , alors tous les marchés financiers plongent sévèrement.

Une spécialiste des traitements à base d’ acide ribonucléique

Basée à Cambridge, dans le Massachusetts, elle est spécialisée dans les traitements à base d’ARN (Acide Ribonucléique). elle ne travaille pas uniquement sur des vaccins mais aussi sur des anticorps, et des protéines thérapeutiques.

Cette jeune pousse de la biotech s’était déjà fait remarqué en 2013, la DARPA lui ayant accordé une subvention de 24,6 millions de dollars pour le développement de sa technologie Anti-ARnM, permettant de lutter contre les maladies infectieuses et les armes technologiques.

Le vaccin expérimental « ARNm-1273 » repose d’ailleurs sur cette technologie. Il doit intimer l’ordre aux cellules de l’organisme d’exprimer une protéine virale dont les scientifiques espèrent qu’elle produira une réponse immunitaire robuste.

Actuellement en phase 1 de l’essai clinique, les tests se sont révélés à succès sur les animaux, ce qui permet de passer aux tests sur les humains, l’objectif étant de prouver l’innocuité du vaccin.

Les phases à venir (2&3) devront permettre d’augmenter le nombre de participants aux essais, et le chemin est encore long avant toute commercialisation officielle.

Yvan Dupuy