Laboratoire
Crédits: Pixanay

La start-up NanoScent est en train de développer un test de dépistage du Covid-19 capable d’envoyer le résultat de l’examen sur le smartphone en moins de 30 secondes. Ces derniers reposent sur des algorithmes d’analyse d’empreintes olfactives. Toutefois, le dispostif attend une autorisation de mise sur le marché pour pouvoir être commercialisé.

Un test de dépistage du Covid-19 en 30 secondes

Basée en Israël, Nanoscent développe ce test olfactif spécifique, comme le révèle le journal Le Point le 24 juillet dernier. Il est en fait un test sérologique, qui permet de savoir si la personne porte actuellement le virus , mais il ne détecte pas la présence d’anticorps.Et, bien qu’il n’est pas encore d’autorisation de mise sur le marché (il est en attente), le département chargé de la Recherche et du Développement du ministère de la Défense Israélienne lui a déjà accordé son soutien.

Le dispositif du test est relativement simple: IL suffit d’inspirer par le nez, retenir son souffle, puis de se boucher une narine et de placer un tube dans l’autre narine. IL faut ensuite expirer avec l’embout nasal dans un sachet transparent. Ce dernier est lui-même relié à un appareil rectangulaire connecté à un smartphone qui aspire l’air du sachet. Le résultat apparaît ensuite sur le smartphone, moyennant environ 30 secondes.

IL faut dire que NanoScent possède de nombreuses compétences en la matière, puisqu’elle est spécialisée dans les modèles d’apprentissage automatique d’analyse d’empreintes olfactives. Elle travaille habituellement sur des secteurs très différents comme la cosmétique, aux entreprises travaillant avec des produits dangereux. La jeune pousse, à Misgav dans le nord d’Israël, est par exemple capable de reconnaitre les odeurs de la fumée de cigarette ou bien différents parfums.

Alors que certaines start-ups, comme Moderna travaille en amont sur un vaccin expérimental, elle a fait le choix de porter ses efforts sur un test de détection du Covid-19 efficace.

L’haleine de milliers d’Israéliens analysée

Lors de l’apparition du virus en Israël, la start-up s’est demandé comment procéder pour pouvoir commencer à lutter contre la pandémie. Elle a donc décidé dans un premier temps de tester l’haleine de milliers d’Israéliens contaminés afin d’identifier les odeurs caractéristiques d’une contamination au SARS-CoV-2. Lors de ses premiers essais, elle est arrivée à une précision d’environ 85%.

Elle précise toutefois que ces tests n’ont pas pour vocation de remplacer les tests médicaux actuels, s’effectuant via une classique prise de sang ou un test nasal. En fait, il s’adresse plutôt aux grandes évènements ou des rassemblements ont lieu, comme les spectacles, réunions, les stades ou aéroports. Oren Gavriely, le Directeur, espère que sa technologie permettra de “retrouver un sentiment de sécurité afin de reprendre une vie normale“.

NanoScent n’est pas la seule à travailler sur ce sujet, puisque l’entreprise Française Sanofi et la start-up Californienne Luminostics travaillent ensemble dessus, avec un test rendant également des résultats sur smartphone.

Toutefois, cette technologie n’est elle pas basée sur les tests olfactifs, mais sur un prélèvement salivaire ou de sang, que l’on insère dans un adaptateur.

Yvan Dupuy