isorg

Chères lectrices, chers lecteurs,

Lancé en 2010 par Jean-Yves Gomez et Emmanuel Guérineau, la start-up Grenobloise Isorg annonce une levée de fonds majeure, de l’ordre de 24 millions d’euros. Cette opération est menée auprès de New Science Ventures et Bpifrance, via son fonds Large Venture. Certains investisseurs historiques ont également participé, tels que Sofimac Innovation, CEA Investissement et Dynalim.

Un marché autour de la high-tech

Après un premier tour de table en 2014 de l’ordre de 6,4 millions d’euros, Isorg voit plus loin. Sa technologie consistant à transformer des matières plastiques et de verres en surfaces intelligentes, son offre s’adresse majoritairement à la high-tech, principalement autour des smartphones, tablettes et ordinateurs. Le marché de l’imagerie médicale fait aussi parti de ses cibles, et elle se considère comme pionière dans l’électronique organique et imprimée pour les photo-détecteurs et capteurs.

« Nous préparons activement le lancement commercial à grande échelle de nos capteurs d’images et de nos solutions d’électronique imprimée. Les fabricants d’électronique grand public et de dispositifs biométriques sont très demandeurs » Jean-Yves Gomez, directeur général et co-fondateur d’Isorg

Son siège social se trouvant à Grenoble, elle dispose également d’une usine à Limoges. Grâce à cette opération, elle compte financer les dernières étapes de qualification de l’usine, et finaliser les différentes applications, en vue de leur commercialisation à grande échelle.

Son objectif financier est dépasser la barre des 200 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022. Elle a réalisé en 2017 650 000 euros de ca, chiffre qu’elle compte tripler en 2018, et en 2019. Un objectif qui est en bonne voie, puisqu’elle vient de remporter deux contrats majeurs (un de 150 million, et l’autre de 50 à 100 million) pour un wearable Américain, et l’autre pour un smartphone Chinois.

Selon sa direction, l’entreprise compte passer du rang de start-up à celui de PME, en étoffant également ses effectifs. (54 salariés à l’heure actuelle).

Yvan Dupuy