Camion Vroom
©Vroom

Le marché des voitures d’occasion a connu de nombreuses vicissitudes, et les start-ups réellement innovantes sur ce créneau sont rares. Parmi celles qui tirent leur épingle du jeu, Vroom est sur le devant de la scène. Cette dernière vient d’effectuer une levée de fonds de 254M$ pour développer un centre de produits et d’ingénierie basé à Détroit.

Durable Capital Partners LP : acteur majeur du financement

Le nouveau fonds dirigé par Henry Ellenbogen, l’ancien gestionnaire de portefeuille vedette, T. Ellen Rowe Price se nomme Durable Capital Partner. C’est ce dernier qui dirige la levée de fonds de Vroom.

Il s’agit du deuxième investissement dans le domaine des transports réalisé par le fonds, après avoir participé à un tour de table de 400 millions de dollars pour la société Convoy.

Vroom possède déjà plus de 250000 acheteurs et vendeurs sur plateforme en ligne. Le parc est lui aussi conséquent, avec près de 3000 véhicules répertoriés couvrant près de 400 marques et modèles. Elle est dirigée par l’ancien PDG de Priceline, Paul Henessey.

Soutenir la croissance de l’entreprise et recruter

En 2020, Vroom a déclaré qu’elle souhaitait « augmenter considérablement » son personnel, notamment pour son bureau de Détroit, qui a ouvert ses portes en août.

« Ce nouveau cycle de financement fournit les ressources nécessaires pour poursuivre la croissance et l’expansion de notre entreprise »

Depuis son lancement en 2013, elle a collecté au total 721 millions de dollars. Les investisseurs principaux sur ces financement ont été recommandés par les célèbres conseillers T. Rowe Price Associates, L Catterton.

De son coté, Mr Ellerbogen a lui aussi pris confiance dans l’entreprise suite à l’investissement de T Rowe Price. Dans un communiqué, il a d’ailleurs déclaré: «Je travaille avec l’équipe Vroom depuis des années et j’ai le plaisir d’annoncer que c’est l’une des premières entreprises dans laquelle ma nouvelle entreprise investit. Nous sommes très heureux de faire partie de l’avenir du secteur de la vente au détail automobile et de soutenir Vroom dans ses efforts pour mettre en ligne le processus d’achat et de vente de voitures en ligne pour les consommateurs du pays.»

Vroom: l’une des rares survivantes de la vague de 2012

Il y a 7 ans déjà, Vroom faisait partie de la vague des start-ups qui ont tentées leur chance en ligne sur ce créneau. Et, alors, que la plupart ont fermé leurs portes, Vroom est restée dans la course, au même titre que d’autres comme Shift et Carvana.

En proposant un modèle gérant l’intégralité des transactions pour les acheteurs et les vendeurs de véhicules d’occasion, elle offre une plus-value intéressante. En outre, elle reconditionne les véhicules dont elle prend possession, et les inclut dans son catalogue en ligne. Les acheteurs peuvent obtenir un financement par le biais d’un certain nombre de partenaires de prêt avec lesquels Vroom s’est associé, notamment CapitalOne, Ally et plus récemment Chase.

Yvan Dupuy

Source