Azur drones team
Le staff d’Azur Drones au complet

Chères lectrices, chers lecteurs,

Azur Drone et son drone autonome nourrit des ambitions internationales. Basée non loin de Bordeaux, la start-up Française annonce une levée de fonds de l’ordre de 9 millions d’euros. Un montant qui porte le montant totale des opérations de financement externe à plus de 20 millions d’euros pour ces trois dernières années. Dans le même temps, Nicolas Billecocq arrive au poste de Directeur Général de l’entreprise.

Des drones pour sécuriser les sites industriels

La jeune pousse a été fondée en 2012 par Jean Gagneraud et Stéphane Morelli. Elle s’est rapidement spécialisée dans la sécurisation des sites industries grâce à la prise de vues via des drones autonomes.

A relire: « [Vidéo]: Ford met en avant son drone permettant d’inspecter ses usines  »

Elle souhaite «faire du drone autonome le standard sur le marché de la sécurité, en France comme à l’international» .

Toutes ces possibilités ont été rendues possibles principalement par le rachat de la start-up Bordelaise Skeyetech en 2017. Le drone de Azur Drones porte d’ailleurs son nom. Deux autres sociétés, Flying Eye et Air City Diagnostic , ont également été acquises pour renforcer son offre sur le marché des drones professionnels.

Pour les entreprises qui peuvent faire voler un drone sans personne certifiée, c’est un gain de temps et d’argent considérable, surtout que Air Azur a obtenu un accord de la Direction Générale de L’Aviation Civile (DGAC) pour ce système de drone automatisé sans pilote certifié. Dès lors, les drones d’Azur Drone peuvent voler de jour comme de nuit au dessus de sites privés, y compris en agglomération.

Des agents de sécurité peuvent même définir le type de mission du drone, de manière à les assister dans leurs tâches de surveillance.

L’international en point de mire

Grâce à cette nouvelle levée de fonds, Azur Drone ambitionne l’international. Elle pense notamment à des zones comme le Moyen-Orient, l’Asie ou les Etats-Unis.

Elle envisage à ce titre de renforcer ses équipes dédiées à l’export et également d’ouvrir un bureau à Dubaï. Mais ces ambitions ne seront satisfaites que si la jeune pousse obtient les autorisations civiles de vol et exploitation dans les différents pays en question…

Concernant cette opération financière, Jean-Marc Crépin, le CEO d’Azur Drones, déclare:

«Ce soutien financier va nous permettre de poursuivre la Recherche & Développement sur le système Skeyetech, et donc de garder notre avance technologique décisive. Cela passera par de nouveaux développements inédits liés à l’intelligence artificielle pour rendre notre drone encore plus autonome et lui ajouter de nouvelles fonctionnalités opérationnelles»

Yvan Dupuy