start up Medopad

La start-up Britannique Medopad, collaborant avec Tencent pour développer des process basés sur l‘intelligence artificielle pour la construction et le suivi de biomarqueurs «numériques»., vient de lever la somme de 25 millions de dollars.

Étendre la portée de ses développements

Aller là où certaines maladies ne sont pas détectées avec de simples prélèvements de sang, tel est le défi de la start-up, qui veut implanter sa technologie sur les objets connectés et les applications.

Les fonds seront injectés par le géant du pharmaceutique Bayer. C’est principalement autour de la santé cardiaque que le suivi de ces biomarqueurs sera destiné. D’autres biomarqueurs sont en cours de développement, qui permettront de travailler autour de la maladie de parkinson, Alzheimer, et sur le diabète.

D’autres acteurs, comme les sociétés hongkongaise NWS Holdings et Chicago VC Healthbox ont également participé. Au total, ce sont plus de 50 milliards de dollars que Medopad aura levés pour le développement de sa technologie.

Une méthode différente de Théranos

Théranos, la start-up des analyses de sang, avait prétendu à l’époque avoir mis au point une technologie permettant d’effectuer une multitude de tests de suivi de biomarqueurs, en utilisant seulement que quelques gouttes de sang. En réalité, il fallait beaucoup plus que quelques gouttes, et le concept de cette dernière a été plutôt considéré comme une arnaque, qui a mené cette dernière à sa chute.

Medopad, de son coté, à une approche bien différente.En collaboration avec des partenaires pharmaceutiques et techniques, elle construit ses algorithmes et tests avec eux. Elle peut, de par cette synergie, construire des solutions de bout en bout, en s’appuyant sur des avancées en matière de logiciels, et de matériel informatique.

«Depuis 25 ans, nous parlons de santé connectée, mais personne ne l’a fait». La nature du concept a été trop difficile. L’approche est établie mais la technologie informatique et de l’appareil n’a pas été en mesure de détecter et de lire ces informations en dehors des hôpitaux. »

Dan Vahdat, cofondateur de la société avec Rich Khatib

Par exemple, pour un test classique de la maladie de Parkinson, demandant au patient une évaluation de 30 minutes pour déterminer son mode de marche, une nouvelle catégorie de biomarqueurs numériques à été crée. La start-up travaille également avec des hôpitaux pour mettre en place des essais cliniques. Par exemple, elle a conclu un partenariat avec le Royal Wolverhampton pour mieux suivre la sténose aortique, lorsque les valves cardiaques rétrécissent et restreignent le flux sanguin.

Une collaboration avec l’industrie également

Sur le plus long terme, elle travaillera également avec Janssen, une filiale de Johnson & Johnson, sur un moyen possible de suivre les signes avant-coureurs et les progrès de la maladie d’Alzheimer au moyen de tests cognitifs que l’on peut faire à la maison.

Concernant la confidentialité des données, Vahdat a déclaré que toutes les données ne seront utilisées qu’avec leur consentement, et que, dans le cas où elles sont transmises à des partenaires, ces dernière seront anonymisées.

Yvan Dupuy

Source