internaliser sa logistique
Crédit photo: PIxabay

Externaliser ou internaliser sa logistique est une question que se pose tout start-uppeur qui vend des produits, lors du lancement de son activité. Le fondateur de la société de conseils en business Wyre tend à conseiller fortement de rester sur le choix d’internaliser sa logistique en début d’activité.

Pourquoi une start-up doit internaliser sa logistique au départ ?

La première raison est que, lorsque l’on démarre par exemple une activité de e-commerce, il y a peu de commandes en début d’activité, et donc en théorie, peu de stocks, sauf si vous achetez au préalable des collections d’invendus par exemple.

Les flux d’entrées et de sorties de marchandises seront donc plus que gérables, et dans une quantité très limitée. Dès lors, en choisissant d’internaliser votre logistique, vous évitez des coûts inutiles :

  • De frais de stockage
  • Des frais de gestion administratives
  • Un temps de traitement des commandes plus long (car indirect)

L’autre raison (et non des moindres) est qu’il est important au départ de maîtriser ce que l’on souhaite éventuellement externaliser plus tard. C’est un point crucial, si un éventuel problème se présente à ce niveau dans le futur, vous maitriserez le process , et cernerez rapidement la problématique et les actions correctives à mettre en place avec votre prestataire.

Une fois ces conseils acquis, il convient donc de vous équiper de manière intelligente pour votre mini-chaîne logistique.

Comment vous équiper pour votre e-logistique ?

Que vous soyez une start-up proposant des produits par le biais de la voie classique, ou que vous soyez spécialisée dans le e-commerce, vous devrez vous équiper de manière pertinente, en trouvant le meilleur rapport qualité / prix / utilisation.

Nous vous recommandons d’adopter bien sûr un système moderne, et donc automatisé pour pouvoir gagner en sérénité. Celui-ci devra inclure :

  • La réception et le traitement des commandes clients (amont)
  • La gestion de l’arrivée de marchandises (avec niveau de stocks)
  • La préparation de commandes
  • L’emballage
  • L’expédition (transport + livraison)
  • Le suivi
  • Le Service après-vente (gestion des retours)

Parmi les matériels sur lesquels vous devrez miser et focaliser votre attention, le choix d’une machine d’emballage (conditionneuse) efficace, fiable et rapide sera primordial.

Si vous possédez un bureau d’études (ou un technicien si vous avez une microstructure), il est fortement conseillé d’élaborer un mini cahier des charges techniques concernant vos besoins, et les attentes techniques que vous avez vis-à-vis d’un tel équipement, qui constituera un investissement KPI que vous devrez amortir.

Il existe plusieurs types de machines, auxquelles vous devrez vous intéresser pour mieux cerner votre besoin, sachant bien sûr que plusieurs peuvent se compléter : Machine d’emballage sous film rétractable, Les machines de pelliplacage, Les machines de fardelage, Les machines d’ensachage.

Sur ce point précis, c’est la nature du produit que vous vendez qui déterminera la ou les machines qui vous conviendra le mieux, car on n’emballe pas des baskets comme on emballe des vis ou des clous.

Les emballages directs (cartons, sachets, plastiques) devront également donner lieu à une étude de besoins sérieuse, qui sera définie en collaboration avec votre technique.

Il sera en outre, l’un de vos principaux postes de dépenses, et une l’embauche future d’un acheteur-négociateur qui traitera vos marchés annuels sera donc également à envisager.

Yvan Dupuy