© Youtube – zeromomentpoint

En collaboration avec l’entreprise de logistique japonaise Yamato, Japan Post (La Poste Japonaise) va tester deux robots de livraison autonome de colis, dans la ville de Tokyo. Les robots sont ceux de la marque ZMP, et se nomment “Deliro”. IL s’agit d’un projet pilote qui sera effectif jusqu’à la fin de l’année, ayant pour but de promouvoir les solutions sans contact pour lutter contre le Covid-19, comme le précise journal Nikkei.

Une vitesse de circulation de 6 km/h

Pour mener à bien ce projet , deux campagnes de tests seront menés simultanément. La première, effectuée à Yamato, se tiendra à l’est de Tokyo, l’autre , menée par la Japan Post, se déroulera dans le centre de la capitale Nippone.

Deliro (contraction de delivery robot), officiera en tant que robot de livraison autonome. C’est donc, comme le rapporte le journal Robotics & Automation, un véritable succès pour l’entreprise ZMP, qui s’est vu attribué la confiance des deux sociétés.

Le robot est configurable sous différentes formes, et peut être doté d’une ou plusieurs box, en fonction des besoins de livraison. Avec une capacité de charge de 50 kilos, et une vitesse maximale de circulation de 6 km/h, il possède les qualités parfaites pour des livraisons du dernier kilomètre. Il vient donc se positionner en concurrence directe avec des sociétés comme Refraction.Ai qui a lancé en juillet dernier son service livraison par robot autonome aux Etats-Unis.

Considérés comme véhicules motorisés, ces derniers seront dotés à ce titre d’une plaque d’immatriculation. Leur rayon d’intervention sera quant à lui très sécure, puisqu’ils interviendront dans un rayon de 1 à 2 km au maximum pour acheminer des colis à des magasins, des hôpitaux, des lieux d’habitation et d’autres.

Des barrières règlementaires sévères au Japon

Si, aux Etats-Unis, les essais de livraison autonome de multiplient, la règlementation Japonaise est beaucoup plus contraignante et le pays est en retard sur point. Pour l’heure, la règlementation interdit à ce type de véhicules de circuler librement sur la voie publique.

La poste Japonaise et Yamato vont donc identifier quelles barrières règlementaires sont vraiment pénalisantes et pourraient être éventuellement levées. D’après le Nikkei, le gouvernement serait prêt à changer la loi assez rapidement, une fois ces tests achevés.

Le contexte de crise sanitaire actuelle favorise cette souplesse décisionnelle, sachant que ces robots répondent à la pénurie de main d’œuvre dans le monde de la logistique et réduisent également les risques de contamination.

Yvan Dupuy