guardes russes

Entre les autorités russes et les fournisseurs d’accès aux services de VPN, la guerre semble bel et bien déclarée. Face au contournement régulier de la censure d’État, le Kremlin est bien décider à contre-attaquer.

La Russie fait partie des pays qui ont une politique très stricte en matière de contrôle de l’information. De nombreux sites internet étrangers y sont inaccessibles. La loi punit aussi sévèrement, quiconque tient des propos critiques envers le régime ou les hommes politiques en place. 

Autant de raisons qui rendent les VPN très populaires en Russie. Pour les journalistes et les opposants politiques, ils représentent la garantie de pouvoir exercer leur métier en  sécurité. Pour les citoyens, ils sont la seule possibilité de s’exprimer librement sur la toile sans être inquiétés. 



La riposte des autorités russes contre les VPN


Les autorités du Kremlin sont bien conscientes de cet usage de plus en plus répandu des VPN pour contourner leur censure. Pour y remédier et tenter de reprendre le contrôle sur le terrain du numérique, elles ont décidé de frapper fort. 

En effet, une loi récente permet à l’Agence de Régulation de Télécommunications (le gendarme du net en Russie) de bloquer purement et simplement les services de VPN, à moins que ceux-ci n’acceptent d’appliquer aux utilisateurs russes la politique de censure du régime. Elle a déjà mis en demeure de se conformer à cet ordre près d’une dizaine de fournisseurs d’accès. Seul l’un d’entre eux a accepté de se plier aux demandes des autorités. Les serveurs russes des récalcitrants devraient donc bientôt être bloqués

Blocage des VPN en Russie : quelles conséquences ? 

Cette action que le gouvernement présente comme une démonstration de force risque fort d’être surtout symbolique. En effet, la volonté de répression du Kremlin se heurte à un obstacle important : le nombre pléthorique de fournisseurs d’accès VPN. L’offre pour ce type de service ne cesse de croître et le blocage de quelques sociétés n’est pas de nature à empêcher les internautes russes d’utiliser un VPN.

La plupart des entreprises ont leur siège en dehors du pays, il est d’autant plus difficile pour la répression de les atteindre. S’il veut espionner plus efficacement ses concitoyens et les empêcher de s’exprimer sur la toile, le Kremlin va devoir trouver d’autres moyens d’agir. Les internautes, eux, devraient simplement se tourner vers un nouveau fournisseur VPN. Cet épisode apporte une preuve supplémentaire de l’utilité de ce service pour protéger la liberté d’informer et de s’informer. 

L’offre pour ce type de service ne cesse de croître et le blocage de quelques sociétés n’est pas de nature à empêcher les internautes russes d’utiliser un VPN. Une mesure avant tout symbolique, car il est difficile pour le Kremlin de réagir face à la multiplicité des fournisseurs d’accès. Les VPN continueront donc encore longtemps à jouer leur rôle protecteur dans ce pays à la censure drastique.  

Yvan Dupuy