Fionat Picot est la fondatrice de la start-up My Holy, qui fabrique et commercialise des produits pour l’hygiène féminine. Ses produits connaissent déjà un succès en terme de ventes, puisqu’elle a déjà vendu le mois dernier près de 1500 culottes. Bien que le succès soit au rendez-vous, elle témoigne des difficultés rencontrées notamment en ce qui concerne le financement en Besoin en fonds de roulement.

L’approche de la gestion des échecs d’une start-uppeuse

Le premier des constats de Fiona Picot est qu’il n’y a pas de méthodes miracles concernant la gestion des échecs. Mme Picot préconise toute fois ne pas rester sur un échec, mais d’aller de l’avant . Elle adopte la technique “d’apprendre en marchant”, tout en étant dans l’action sans trop intellectualiser. L’inertie est le plus ennemi de la réussite.

Apprendre à connaître ses propres talents et miser sur ces derniers est également un facteur favorisant la réussite. Il faut donc les travailler et les développer. La créativité, les capacités de l’apprentissage sont également des maîtres mots pour atteindre ses objectifs.

Yvan Dupuy