Facebook logo

Chères lectrices, chers lecteurs,

Souvent critiqué pour le nombre de fausses rumeurs ou informations qui circulent sur son réseau, Facebook vient d’annoncer de nouvelles mesures contre ces dernières. Pour y parvenir, elle annonce la modification de certains aspects de son algorithme de référencement.

Repérer les publications à faible portée en dehors du réseau

Facebook a annoncé qu’elle avait mis en place, ce mercredi, un nouveau critère qui doit lui permettre de repérer les informations populaires sur Facebook, mais qui ont peu de porté en dehors du réseau social.

Ainsi, dès que les algorithmes détecteront ce genre de publications, elles seront automatiquement dégradées au niveau de leur référencement, de façon à ce que les actualités apparaissent moins souvent dans le fil des utilisateurs concernés.

Parmi les autres mesures, elle va également mettre en place pour les groupes de publication à forte valeur ajoutée un label « Group Quality ». Ce dernier permettra d’avoir une vision globale des contenus supprimés ou signalés pour violation des règles d’utilisation, mais aussi de fausses informations publiées par le groupe.

Facebook ajoute également: «si le membre d’un groupe a de façon récurrente partagé des contenus notés comme faux par des fact-checkers indépendants, nous réduirons (la fréquence) d’apparition du groupe en entier dans le fil d’actualités».

Pour y parvenir, Facebook a signé des contrats de « fact-checking », soit de vérification, avec des médias dans le monde entier, dont l’AFP. Elle va aussi permettre aux internautes de juger la pertinence des informations, et d’apprécier le degré de fiabilité du média. Ces derniers seront rassemblés dans des indicateurs de confiance mis au point par des organisations tierces. Elles seront visibles sur un onglet « a propos de ce site web ».

Facebook compte ainsi répondre aux critiques adressées aux plateformes numériques, accusées de ne pas assez contrôler leurs contenus.

Yvan Dupuy