Angers
Angers ©Flickr – Lior Attar

Devenir un territoire intelligent et connecté semble être une priorité pour la ville d’Angers Métropole. Elle souhaite en effet devenir une smart city et a mis pour cela en place un appel d’offres où quatre candidats se sont confrontés. C’est Engie et son consortium qui l’emporte, avec notamment la participation de Suez, La Poste et le groupe VYV. Le montant du projet est colossal, car il s’élève à 178 millions d’euros.

Un lancement des opérations début 2020

Cette métropole de 290000 habitants va donc se voir dotée de nouvelles technologies dernier cri, comme des objets connectés, la mise en réseau, le partage de données et la gestion centralisée.

« Le consortium doit réussir à économiser les ressources pour accélérer la transition écologique du territoire ; améliorer et proposer de nouveaux services aux habitants par une action publique plus efficace et plus proche des attentes ; optimiser la gestion du service public et ses coûts de fonctionnement, par la modernisation des moyens d’action et des process qui permettront d’importantes économies d’énergie »

La plateforme Livin pour gérer toutes les opérations

Afin de gérer l’ensemble des opérations, qui peuvent s’avérer certaines fois complexes, Engie va déployer sa plateforme Livin. Cette dernière se branche et se connecte aux infrastructures et logiciels existant (éclairage public, vidéo-protection, réseau d’eau…) pour permettre aux villes de voir ce qui se passe sur leur territoire.

Suez va aussi rentrer dans le projet, en déployant différents capteurs et compteurs d’eau communiquant entre eux, dans le but d’optimiser la performance des services d’eau et d’assainissement, mais aussi les déchets et des espaces verts. La programmation de l’éclairage public sera par exemple possible en fonction du niveau de trafic des piétons et véhicules. Les habitants pourront également être tenus informés du nombre de plaes de parking disponibles, des accidents ou des dégâts des eaux.

A terme, ce consortium à pour ambition de réaliser 66% d’économies d’énergies sur l’éclairage public dès 2025, baisser de 20% la consommation énergétique des bâtiments de la ville et réduire de 30% la consommation d’eau pour l’arrosage public.

C’est la filiale de la Poste Docaposte qui s’occupera de stocker l’ensemble des données générées.

Yvan Dupuy