Ces start-up qui permettent aux jeunes de reprendre la main en politique

start-up politique

Chères lectrices, chers lecteurs,

Dans un climat ou la croyance en politique est fortement remise en cause, Certaines start-ups prennent des initiatives permettant aux jeunes de reprendre contact avec elles, et même de pouvoir prendre des initiatives, leur permettant de défendre leurs valeurs ou partis préférés.

Les“civic techs” réconcilient les jeunes avec la politique

Le Living Lab est un bel exemple de civiv tech révolutionnaire crée par des jeunes. ce futur lieu d’excellence ouvrira ces portes le 20 octobre prochain. Il aura pour but de permettre aux jeunes de faire murir leurs idées autour du thème d’une nouvelle démocratie.

Le « bébé » de Thibault Favre La Primaire.org a également le vent en poupe. Voulant casser les monopoles politiques, son but est de permettre de faire naître de nouveaux candidats. Depuis son lancement, 50.000 personnes se sont inscrites sur la plateforme et 215 personnes ont formulé un programme électoral sérieux. Au bout du processus de sélection, les utilisateurs choisiront, en décembre, “leur” candidat aux présidentielles.

Voxe.org offre quant à elle un comparateur de programmes électoraux , en voilà une belle idée utile pour le peuple. Dans ce concept, les utilisateurs peuvent renseigner les programmes électoraux des différents candidats (un peu comme sur les fiches Wikipédia), en mentionnant de manière précise leur source. Lancée en 2012, la plateforme est depuis présente dans 16 pays, traduite en cinq langues et a couvert 23 élections. Un million de citoyens s’y sont connectés pour suivre les régionales de 2015.

Dans la vidéo ci-dessous, La co-fondatrice Léonore de Roquefeuil nous dévoile un peu plus son principe, et son mode de fonctionnement:

D’autre start-ups luttent contre le manque de « vox populi » ou consultation du petit peuple. C’est le cas de la start-up Vooter qui facilite la consultation directe entre la ville et ses citoyens. “On pousse les mairies et les élus à consulter régulièrement les habitants” explique Stéphane Béquin, ancien directeur export et fondateur de Vooter.

Sur le même créneau conceptuel, Make.org, tout juste lancée, veut faire remonter aux élus l’avis des citoyens.

Autant dire, qu’il y a du travail et un gros potentiel de ce coté là. Cette jeune pousse a été créee par Axel Dauchez, l’ancien président de Publicis France.

En association avec BFM TV et RMC, Make.org lancera bientôt Solution 2017 : le présentateur Jean-Jacques Bourdin relayera auprès de ses invités politiques une sélection de ces meilleures solutions.

Un peu en électron libre, citons aussi Civocracy, de Chloé Pahud. La jeune pousse s’affiche comme une plateforme de débat entre citoyens, sur des questions posées par les collectivités. Ayant d’abord travaillé avec la Hollande et l’Allemagne, cette dernière vient de signer un partenariat avec la ville de Nice Cote d’Azur.

Globalement, la question du Business Model et de la monétisation de ces concepts est propre à chacune. Voxe a, à titre d’exemple, choisie de monétiser les sondages d’opinions qu’elle aura recueillis.

Redonner du pouvoir aux citoyens en politique semble être le but commun de toutes ces start-ups luttant pour plus de démocratie.

Yvan Dupuy

Enregistrer

Enregistrer

Ces start-up qui permettent aux jeunes de reprendre la main en politique
Noter cet article

Auteur: Yvan Dupuy

Fondateur de Neoproduits, Webmarketeur & Infopreneur, Yvan est également passionné de référencement. Il décortique pour vous l'actu du e-commerce et des nouveaux concepts lancés sur internet.

Partager Cet Article
53 Partages
Tweetez2
Partagez
+1
Partagez1
Stumble50