Actu Marchés

E-Business: Google rachète odysée pour le partage et la sauvegarde de photos

0

blacklineodyseeiconChères lectrices, chers lecteurs,

Sans surprise, Google débute l’année avec une nouvelle acquisition. La firme de Mountain view vient en effet de procéder au rachat d’Odysée, application spécialisée dans le partage et la sauvegarde de médias.

Odysée rejoindra le team Google

Sur son site officiel, la start-up annonce qu’elle rejoindra les équipes de Google +. Développée spécifiquement pour smartphones, l’application , tournant sous Android, propose des sauvegardes de photos, médias, ainsi que des partages automatiques.

L’application fermera le 23 février prochain, pour que sa technologie soit transférée directement sur Google + photos. A la base, Odysée était un modèle freemium, gratuit la première année.

Pour google, le gros avantage de la technologie développée par Odysée , réside dans l’algorythme et la mise en cache, permettant à l’utilisateur d’avoir accès à tous ses médias, même sans être connecté à internet.

Grâce à cette intégration, Google sera mieux à même de se positionner face à Instagram ou Facebook.

Aucun montant sur la transaction n’a cependant été communiqué sur le montant de la transaction.

Yvan Dupuy

Rumeurs: Google, Amazon et Microsoft auraient payé Adblock Plus

0

adblockChères lectrices, chers lecteurs,

Les grands de l’internet Google, Amazon et Microsoft auraient payé l’éditeur de logiciel Adblock Plus pour que leur publicités puissent passer à travers les mailles du filet.

Une liste blanche des publicités

Eyeo, l’éditeur d’adblock plus, gère depuis quelques années une « liste blanche » des publicités qu’il considère comme acceptable. En fonction de cette liste, l’éditeur paramêtre son outil que les pubs soient affichées sur le navigateur de l’internaute.

Au cœur de la polémique, la demande de passage en liste blanche est gratuite pour les petits éditeurs, mais est facturée pour les grands groupes. Si certains parlent de racket , la plupart des sociétés, dont les grands groupes cités ci-dessus auraient accepté de se plier au jeu d’eyeo.

Cependant, seul l’utilisateur décide de l’autorisation ou non de voir les publicités des grands groupes. La facturation pratiquée par Eyeo ne garantit donc pas aux groupes une visibilité auprès de ces derniers. Tim Schumacher d’Eyeo affirme :  » C’est toujours la communauté qui a le dernier mot et vérifie que les publicités sont conformes à la politique de « publicité acceptable » d’Adblock Plus ».

La politique commerciale de la société est donc largement discutable en terme d’éthique…

Yvan Dupuy

 

E-Business: Le rappeur Jay-Z s’offre Wimp, service de musique en ligne

0

wimpChères lectrices, chers lecteurs,

Fait pour le moins insolite, le rappeur Jay-z s’apprête à investir près de 50 millions de dollars dans l’éditeur de service Wimp music.

Un concurrent de Deezer ou Spotify

Wimp Music est un concurrent direct de Deezer, Spotify, ou bien encore Beats. L’objectif du rappeur est de concurrencer directement ces services, en investissant sa fortune personnelle.

Le service étant l’un des plus anciens, il propose actuellement une offre de musique illimitée, moyennant un abonnement de 10 euros par mois. Il s’est doté dernièrement d’une prestation haut de gamme « Wimp HIfI » permettant d’avoir accès à des fichiers de haute qualité (non compressés), destinés aux amateurs de haute-fidélité.

Déjà déployé à l’international sur des pays comme la Suède, le Danemark,la Norvège, l’Allemagne et la Pologne, le déploiement sur le marché Anglo Saxon est également prévue, sous le nom de Tidal.

Afin d’acquérir la société, le rappeur a proposé la somme de 49,7 millions d’euros au groupe Aspiro, qui gère Wimp. Le groupe a déjà laissé entendre qu’il accepterait l’offre faite par le rappeur.

Afin de réussir sur le marché, Jay-Z devra affronter directement des ténors comme Beats, Spotify ou Deezeer, qui possède une forte puissance financière et une base d’utilisateurs déjà conséquente.

Souhaitons à Jay-z la réussite dans sa nouvelle entreprise…

Yvan Dupuy

E-Business: La vidéo bientôt omniprésente en entreprise ?

0

vidéo entreprise

 

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

Si Youtube est bien connu du grand public pour la diffusion de vidéos, il semble que la vidéo gagne également le monde de l’entreprise.

 

 

Communication interne et externe

Kaltura ou Brightcove sont des noms d’entreprises développant des plateformes de diffusion vidéos pouvant être utilisées à des fins de communication interne.

Selon Christian Blondeau, PDG de Kaltura, la vidéo devient un élément clé au sein de la communication en entreprise: «  Après avoir mesuré le potentiel en entreprise, nous avons décidé de les cibler aussi « . Entre 2013 et 2014, cette société a d’ailleurs doublé ses effectifs en passant de 200 à 400 employés.

Si les clients de Kaltura sont majoritairement anglo saxons (Intel, SAP, Oracle, AT&T), de plus en plus de sociétés françaises commencent à porter un intérêt à ce moyen de communication. « Nous attendons une forte croissance sur le marché hexagonal, car ces entreprises prennent conscience des avantages de la vidéo » déclare Monsieur Blondeau.

Si elle sert de moyen de communication auprès des clients (externe), l’aspect interne se développe également: formation du personnel, accueil de nouveaux collaborateurs, actualité de l’entreprise…

En 2013, le cabinet Gartner avait déjà souligné cet intérêt grandissant: « la quantité de contenu vidéo au sein de leur entreprise augmente chaque année à des taux variant entre 50% et 200% ». déclare l’étude.

La société Brightcove mise quant à a elle sur le « vidéo cloud », permettant de constituer une bibliothèque de connaissance de l’entreprise.

Le segment prestations et produits sur la vidéo pour entreprise devrait, dans les années à venir, fortement se développer, sur un marché en pleine expansion.

Yvan Dupuy

La réelle place de Facebook dans l’économie Française

0

facebook economyChères lectrices, chers lecteurs,

Avec un nombre colossal d’utilisateurs au niveau mondial, mais aussi en France, quelle est le réel poids économique du réseau social ?

Une étude controversée

6 milliards d’euros auraient été générés par Facebook en France pour l’année 2014, avec près de 78000 emplois crées. Ce sont principalement les entreprises « satellites » gravitant du réseau social qui en ont bénéficié: jeux, marketing, communication, publicité…

Ces chiffres seraient considérés comme élogieux par certains, affirmant que « le haut de la fourchette » a été retenu. Lors d’une étude précédente, le cabinet Deloitte avait publié 1,9 milliard d’euros de recettes dans le pays, et la création de 22 000 emplois.

Deloitte découpe les chiffres de son étude actuelle ainsi:

-Création de 2,6 milliards de CA pour les PME

-36000 création de postes dans le marketing pur

l’étude précise aussi: « 30 millions d’entreprises locales TPE ou PME disposent d’une page Facebook, alors que 69% des utilisateurs français sont connectés à une page d’une PME/TPE française ».

Outre les pme, les applications mobiles génèrent aussi emplois et bénéfices: 1,4 milliard d’euros de recettes en 2014 en France et 16 000 emplois.

Cependant, l’étude est « chahutée » , dans le sens ou les destructions de postes n’auraient pas été prises en compte, ainsi que la valeur économique générée qui y est lié. Les fuites fiscales auprès de l’administration seraient également nombreuses, Facebook n’ayant payé que 191 000 euros d’impôts sur les bénéfices, une somme correspondant à 50% de son activité réellement effectuée et due.

Difficile donc d’être réellement objectif sur son impact réel en terme économique, les facteurs négatifs n’étant pas pris en compte.

Yvan Dupuy

Haut de page