résultatsChères lectrices, chers lecteurs,

En cette période de publication des résultats financiers du premier trimestre 2012, il m’a semblé intéressant de faire un point synthétique sur certaines grands acteurs de l’internet. Si certains résultats dépassent les attentes des investisseurs, d’autres en revanche, vont passer sous surveillance…

Du coté des éditeurs de logiciels

Le segment hyper concurrentiel des éditeurs de logiciels est animé au niveau des résultats principalement par SAP et Atos. SAP présente un résultat encourageant, avec un chiffre d’affaires en hausse de 10,8%, et un bénéfice net en hausse de 10,2% (444 millions d’euros). Les dirigeants confirment leurs prévisions de croissance sur 2012, qui devraient s’établir autour de 10%. De quoi séduire les investisseurs.

Quant à Atos, ses résultats sont également satisfaisant, même si l’embellie est plus modérée que SAP.Avec un chiffre d’affaires 2,163 milliards d’euros, la hausse se situe aux alentours de 2,5%, par rapport au même trimestre de l’année précédente.La trésorerie du groupe (34 millions d’euros), prend quant à elle un tournant positif, pour la première fois de son histoire. Précisions que la stratégie d’Atos est très axée à l’international, avec des pays prédominant comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou l’Irlande, qui sont des zones très porteuses pour cette société.

Les autres pointures du net

Impossible de ne pas citer (encore une fois) Facebook, qui affiche un T1 2012 mirobolant, avec une hausse de son chiffre d’affaires de l’ordre de 45%, s’élevant à 1,06 milliard de dollars. Seule ombre au tableau, le résultat net de ce mastodonte est en baisse de près de 12% (205 millions de dollars). Notons que le nombre d’utilisateurs du réseau atteint désormais 900 millions, mais que le rendement par utilisateur (ARPU) baisse de 12% par rapport à l’an passé. Même si rien n’a été évoqué sur les raisons de la baisse du rendement, on peut penser que Facebook doit amortir certaines améliorations qu’elle a récemment apportées.

Apple, quant à elle, double son bénéfice net, et a clairement dépassé toutes les attentes prévisionnelles. Le doublement des ventes de Iphone serait à l’origine de cette envolée, mais ces produits, évoluant sur un segment très volatile, rendent les prévisions fragiles.

Coté Flop, Alibaba, un acteur majeur en solutions de e-commerce, annonce une baisse du chiffre d’affaires de l’ordre de 12%. Relatée par Thenextweb, la baisse des commissions perçues par les vendeurs abonnés à la plateforme semble être l’explication principale.

Dans un contexte relativement difficile au niveau économique, soulignons que ces grandes pointures de l’internet s’en sortent plutôt bien dans leur ensemble.

Amicalement,

Yvan Dupuy